Le Myosotis Occitan

Le Myosotis Occitan

Tribune au service de la Franc Maçonnerie


SCPLF - Et maintenant ?

Publié le 19 Janvier 2015, 14:07pm

SCPLF - Et maintenant ?
La décision communiquée par le SCEW (Supreme Council for England and Wales), qui annonce le retrait de sa reconnaissance du SCPLF (Suprême Conseil Pour La France), n'est pas de nature à faire reconsidérer l'image de la perfide et suffisante Albion.
​Il se confirme donc que le ticket SCPLF-GLAMF emmené par Alain Juillet (GM de la GLAMF, et 33ème du REAA) n'était pas gagnant. Peu importe, puisque ces priorités, très éloignées de la souveraineté et de l'ouverture promises, n'étaient pas partagées par tous les membres de la GLAMF, loin s'en faut. Ils ont manipulé et trahi pour rien. Laissons-les y réfléchir avec la Maison du REAA, et de notre côté, rallumons les lumières, du sein de nos LL :
 
Cet nième évènement est pour nous une nouvelle occasion de dénoncer et de mettre fin à une usurpation de trois siècles, depuis que la F.M. anglaise a mis en place un génial système de reconnaissance à partir de ses propres règles. Prenant rapidement une grande ampleur avec le relai de l'empire britannique, elle s'est ainsi appropriée une démarche sur laquelle elle ne disposait d'aucun droit particulier.
L'objectif de cette initiative était beaucoup moins angélique que celui annoncé de «rassembler ce qui est épars». Ceci était certes un objectif plausible pour la F.M., en effet dispersée, mais surtout la F.M. était dangereusement inspirée par les Lumières aux yeux de la monarchie et de l'Eglise. Aussi, le rassemblement invoqué par Londres présentait-il d’abord l'intérêt de faciliter le contrôle des LL pour protéger l'ordre établi des subversions possibles. Les premières GGLL anglaises se sont ainsi mises immédiatement et sans ambiguïté au service des pouvoirs qu’elles ont rassuré en leur confiant leurs charges les plus élevées et en s'interdisant de débattre des questions de leur ressort. La F.M est ainsi devenue, et restée, un outil de conservatisme politique au service des pouvoirs en place. 
Sauf en France.
 
La F.M. anglo-saxonne n’a pas changé depuis cet assaut qui lui a permis de contenir la F.M. internationale dans un spiritisme incantatoire, qui se prétend spiritualiste, où elle ne dérange pas les pouvoirs ; où de vieilles habitudes sont érigées en traditions, pour surtout ne rien changer à quoique ce soit.
Elle s’isole du froid avec les frileux qu'elle rallie, nombreux et rassurés par ses certitudes, quand d'autres allument pour tous un feu qui éclaire et qui réchauffe. 
Trois siècles perdus pour l'idéal maçonnique.
 
Il est temps, et cela peut partir de France, de rompre définitivement avec le musée en cours de désaffection qu’est la F.M. anglo-saxonne, et de réveiller ceux qu'elle fascine. On ne fait pas l'amour à des momies. 
Ouvrons les yeux, et oublions la GLUA avec ses archaïsmes pompeux pour nous consacrer à la vie des LL qui se passent fort bien d'elle, pour réhabiliter le message maçonnique. Un message humaniste et spirituel, et dépouillé de ses pompes idolâtres.
Ne nous restera plus ensuite qu’à inviter fermement quelques manoeuvriers politiciens et cupides qui nous polluent encore à aller chercher ailleurs d’autres proies et d'autres montures.
 
Antoine Collange

Commenter cet article

Archives

Articles récents