Le Myosotis Occitan

Le Myosotis Occitan

Tribune au service de la Franc Maçonnerie


Un certain regard sur la FM - chap. 6 "Une manipulation toute simple"

Publié le 29 Mars 2017, 07:58am

Un certain regard sur la FM - chap. 6  "Une manipulation toute simple"

.../...

Mais cette évolution n’est encore que partiellement explicable : si l’opposition des opératifs et des intellectuels ne surprend pas, si l’évolution de l’un à l’autre paraît néanmoins naturelle et inéluctable, d'où viennent ces interdits politiques et religieux qui apparaissent dans la Règle édictée par la GLUA, ces interdits qui président à toute Reconnaissance par elle, et qu’elle a ainsi imposés à l’ensemble de la F.M. dite « régulière et reconnue » ?

Si l’on excepte l’arrogance aveugle des régimes totalitaires qui ont rejeté toute idée de liberté individuelle, de tels interdits peuvent aussi faire l’affaire de la plupart des régimes politiques dont les dirigeants, même plus modérés, n’aiment pas eux non plus que l'on se mêle de leurs affaires, et aussi de l’Eglise qui n’entend pas partager son monopole de l’interprétation de la pensée divine. Par ces interdits qu'elle s'est imposés, la GLUA n'aurait donc eu d'autre intention que de s'assurer la neutralité bienveillante des pouvoirs temporels et religieux ?

Rien d'étonnant donc si, trois siècles après, en ce début du XXIème, l’on constate que la FM dite « régulière et reconnue », implantée dans la plupart des nations du globe, a su se maintenir à proximité des pouvoirs, lesquels disposent avec la FM régulière d’une population docile, attirée par une promesse de Fraternité et de Tolérance, et dans le même temps d’un outil politique d’information, de communication et de contrôle, au cœur de la société et donc bien contenu par ses propres interdits.

Comment l’idéal, qui reste affiché, d’une Liberté affranchie des aliénations humaines, a-t-il pu être réduit et détourné à ce point ? Cela relève-t-il de la dégénérescence d’une démarche déjà usée, condamnée par l’évolution ? Ou bien, potentiellement subversive et dangereuse pour les pouvoirs temporels et spirituels, aurait-elle été sciemment détournée dans une impasse ? Tel est sans doute le cas, nous allons voir pourquoi et comment :

A la fin du XVIIIème siècle en effet « le sabre et le goupillon » sont bousculés, et ces dispositions contingentes de la GLUA font bien les affaires des états et de l’Eglise anglicane qui se protègent ainsi contre de possibles nouveaux foyers de subversion.

Ainsi que nous l’avons vu, un cycle historique de plusieurs siècles a pris fin, empirique, intuitif, superstitieux, dominé par le sacré. Après le printemps de la Renaissance, un autre cycle a vu le jour : les Lumières ont ouvert une ère « mécaniste », qui voit les sciences rationnaliser la connaissance et réduire les croyances à ce qu’elles sont, des mythes, parfois fondateurs, parfois destructeurs, qui s’inventent des origines et qui se pérennisent en dogmes.

La Réforme luthérienne intervenue 2 siècles plus tôt a dressé contre Rome un pan entier de la chrétienté.

La révolution française vient de débarquer la monarchie, et elle a exproprié l’Eglise. Des FFMM n’y sont pas étrangers, les précurseurs de ceux qui à partir de la fin du XVIIIème siècle lutteront pour arracher l’Education en France des mains de l’Eglise qui en détenait le monopole et le gérait pour sa propre durée.

Le sabre et le goupillon ont, l’un comme l’autre, intérêt à contrôler ce mouvement qui réunit, à ce moment encore ensemble, des artisans et des clercs chaque jour plus nombreux, qui allie la générosité de la Foi qu’il revendique, ou qu'il respecte, avec la capacité critique, et dont la liberté de pensée inquiète les pouvoirs temporel et spirituel. Dans le même temps la science et la philosophie remettent en question le modèle universel de l’Eglise, et le droit divin qui légitime les monarchies.

Le clergé est hostile à ces FFMM, même si leurs anciens ont construit ses cathédrales : ces hommes sont des croyants, certes, mais ils sont libres, ils ignorent les frontières, ils voyagent dans le monde connu. Bâtisseurs avant tout, ils ont construit des mosquées et des châteaux avec le même enthousiasme que des cathédrales. Ils puisent et développent leurs techniques dans les échanges qu’ils adaptent d’une culture à l’autre. Pour eux, Dieu dont ils sont l’instrument est dans l’œuvre, dans le nombre d’or, dans la résistance des matériaux, dans la clef de voûte, dans la courbe subtile de l’arc-boutant, et dans l’inspiration des artistes. Le clergé ne les impressionne plus. Ils l’ont oublié depuis longtemps.

La monarchie craint plus simplement que ces FFMM ne conduisent à l’émancipation une classe moyenne, traditionnellement docile. Elle craint que la population écrasée ne comprenne que l’Eglise protège le prédateur en invitant la victime à se soumettre contre la promesse d’une place au paradis de moins en moins crédible.

La double interdiction faite par la GLUA de parler de religion et de politique, enrichie encore par la dédicace des travaux en LL au GADLU, et l’attribution de la G.M. à un membre de la famille royale britannique, montrent à l’évidence que la GLUA a recherché la bienveillance de l’ordre établi en s’y soumettant, se plaçant ainsi sous leur protection.

Elle l'a justifié en se référant globalement à des anciens devoirs qu'elle a déformés pour y glisser des dispositions opportunes. Il y a en effet une énorme différence entre le respect dû autorités religieuses et politiques, lequel s’imposait dans la démarche maçonnique envers les maîtres d’ouvrages, et l’interdiction d’en parler édictée par la GLUA au nom d’anciens devoirs aménagés pour plaire aux pouvoirs.

La F.M. spéculative « régulière et reconnue » n’est plus une société d’hommes libres. Les règles dont elle s’est dotée la rangent de fait parmi les accessoires des pouvoirs temporels.

Cela n’eut pas été possible avec des LL souveraines et autonomes, mais cela fut possible grâce à l’organisation de GGLL ayant pouvoir sur les LL, et plus encore à la centralisation par la toile des reconnaissances bilatérales et croisées dont la GLUA est l’araignée.

« Si le peuple pouvait n’avoir qu’une seule tête que je puisse couper » (Caligula)

Une seule tête ? C'est alors presque fait !

Antoine Collange

 

Commenter cet article

Désap. 02/06/2017 18:02

TCF Antoine,
J'ai lu tes 6 opus, je partage entièrement tes distinctions entre Opératifs et Modernes (spéculatifs si tu préfères, je n'aime pas ce mot sans signification ou tellement dégénérescent), je suis d'accord, la Maçonnerie moderne est une dégénérescence, non qu'elle y était vouée -surtout pas d'ailleurs si les Acceptés avaient écouté leurs Maitres Opératifs- mais bien par ... alors j'hésite, confort, intelligence relative (un peu comme le bobo qui s'installe chez les pauvres par humanité et pour garder le contact avec la réalité, mais qui finit par les virer et les remplacer par ses potes) fainéantise, conformisme ... et pour la noblesse qui finit par diriger les GGLL, comme tu le dis, pour mieux maitriser ce nouveau vent de liberté.
En revanche, je ne vois vraiment pas l'opportunité de discuter politique ou société en loge ; en loge il s'agit, à mon sens, d'apprendre ce qu'est la liberté et surtout quels engagements et responsabilités celle-ci oblige ; c'est ainsi que l'Homme libre agira dans la société et l'influencera ; c'est d'ailleurs son devoir, les Bâtisseurs de toutes les époques n'ont-ils pas influencé la Société dans laquelle ils exerçaient leur Art ?
Là où je ne te suis plus, c'est le fatalisme qui parait teindre tes excellents textes.
D'où les Maçons ont-ils l'obligation de se conduire comme des moutons ?
Notre GM nous dit "les loges sont à présent plus libres qu'elles ne l'ont jamais été dans aucune obédiences" ; dont acte, usons de cette liberté !
Par exemple, je partage ton avis sur la vacuité des Hauts Grades, qui finissent par être plus de l'exégèse biblique qu'autre chose ; en conséquence et n'ayant aucun doute sur la valeur supérieure du grade de Maitre et de Maitre de loge, j'essaye dans la mienne de mettre en place une seconde tenue mensuelle dont les Travaux ne se feront qu'au 3è grade ; si je n'y arrive pas -et j'avoue que ce n'est simple du tout, c'est à se demander ce que certains viennent faire en Maçonnerie- et bien je monterai une loge, qui se réunira 2 fois par mois, une fois au 1er/2è et une fois exclusivement au 3è, et il s'agira lors de cette dernière tenue de parler exclusivement, de manière approfondie et exigeante de ... Maçonnerie !
Bien Frat. mon Frère, j'ai eu grand plaisir à te lire.
Patrick B. 17024

Archives

Articles récents