Le Myosotis Occitan

Le Myosotis Occitan

Tribune au service de la Franc Maçonnerie


La fuite en avant, c'est d'abord la fuite

Publié par Bruno sur 17 Janvier 2012, 18:40pm

 

On n'avait pas tout vu:

La Cour d'appel ayant clairement exprimé à Stifani que GM et/ou Président de la GLNF sont les 2 faces d'une seule et même charge, Stifani tente d'échapper à ce coup fatal en faisant dire qu'il n'a pas démissionné le 21 janvier 2011 !
Nous savons l'homme coutumier du déni de réalité ainsi, à l'entendre, il n'a pas non plus écrit au Président de la République pour mettre la GLNF à sa disposition (lettre de Stifani au Pdt de la République), de même que ce n'est pas la GLUA qui a pris l'initiative de suspendre les relations avec la GLNF, mais Stifani lui-même, individuellement, tout seul, qui l'a décidé le premier.

Bref, du n'importe quoi, du guignol, en effet:
Le Président de la GLNF a bien démissionné le 21 janvier 2011. Cette démission a même été actée par la justice quand elle a nommé l'administrateur judiciaire: le juge constatait dans son ordonnance la démission du CA et de son président, que de ce fait la GLNF était dépourvue d'organe de direction, et il précisait même que du fait de la démission de Stifani, il n'y avait plus lieu de maintenir la révocation de ce dernier à l'ordre du jour de l'AG !!!

Le 13 janvier 2012, la justice s'est à nouveau prononcée, cette fois pour considérer sans ambiguïté que le GM et le Président de la GLNF sont une seule et même personne, les juges s'exprimant en ces termes:"Considérant qu'il sera constaté préalablement que l'appellation "Grand Maître" n'est rien d'autre que la dénomination maçonnique de l'appellation 'Président", elle-même étant la dénomination civile des mêmes fonctions"
(Extrait du jugement du 13 janvier 2012 de la Cour d'appel de Paris, 8ème page: <Lien>

Il n'est plus, dès lors, contestable que le 21 janvier 2011, le GM-Président de la GLNF a démissionné avec son Conseil d'Administration.
C'est donc un Conseil d'administration fantôme qui se serait réuni en ce début 2012, puisque depuis la démission du 21 janvier 2011, personne n'est en mesure de nommer les membres du Grand collège d'officiers nationaux qui seraient membres de droit de ce Conseil d'administration. Et le Comité des membres de droit (Souverain Grand Comité) n'a pas désigné de candidat, et aucune AG, ni tenue de GL, ne l'a bien entendu ratifié.
C'est donc du "n'importe quoi" et les acteurs de cette comédie surréaliste vont finir à l'asile!

Dans le même temps, ... à suivre ...

Bruno Martin 

Commenter cet article

Archives

Articles récents